Zelliges

zelliges-1-2

La crédence est en place ! Et nous sommes vraiment contents de cet apport à la cuisine.

Peut-être vous rappelez-vous des zelliges… Je vous en parlais il y a bien longtemps, lorsque nous étions encore en recherche. Eh bien, depuis, on s’est décidé pour les zeliges et on les a achetés, puis on a hésité à nouveau (parce que tout le monde nous disait que poser des zelliges sur un enduit en chaux, ça ne tiendrait pas) et finalement on a décidé de les installer.

Voilà comment nous avons procédé. Attention, ce n’est absolument pas conventionnel même si cela tient depuis plusieurs semaines !

Lorsque nous avons cherché à savoir comment poser les zelliges, il nous a été déconseillé de coller directement sur le mur, celui-ci étant en chaux, à moins de piqueter l’ensemble. Florent a donc eu l’idée d’utiliser un support distinct : une plaque de Fermacell.

collage en cours

collage en cours

Pour les découpes : la scie circulaire. La carrelette s’est avérée totalement inefficace.

Pour les joints : un peu de pigment de terre de sienne mélangé au joint gris moyen que nous avions et nous avons obtenu une couleur très naturelle, proche de l’argile, qui se marie parfaitement aux zelliges et à leurs imperfections. Il faut parfois être créatifs…

Allez, je vous montre le résultat :

crédence en zelliges

Mais là encore, ce n’est pas terminé car il reste les finitions. Les fameuses, celles qui prennent du temps et qui se remarquent à peine… En effet, entre le lambris et les zelliges il nous reste un tout petit espace…

espace entre le lambris et les zelliges à combler

Je pensais que nous aurions rapidement réglé ce point mais deux semaines après nous n’en sommes pas encore à cette étape. Je vous étonne si je vous dit qu’on ne sait pas encore ce qu’on va choisir ?

 

Nouvelles portes

porte de l’atelier

La zone atelier-buanderie est située dans la partie de la maison qui date des années 70. Au départ un grand espace en longueur que nous avons cloisonné et où l’isolation est inexistante : des murs de parpaings, quelques centimètres de vide et des briques plâtrières. Nous avons prévu d’isoler par l’extérieur et de refaire le toit, un jour. Avec l’arrivée du froid, la température dans la zone atelier-buanderie a bien baissé car en plus d’être sans isolation, on n’y a pas installé de chauffage… Il nous fallait donc tenter de contenir au maximum le froid et c’est pour cette raison que la pose des portes a été avancée.

Les finitions ne sont pas faites mais cela vous donnera déjà une idée.

porte de l’arrière cuisine, vers la buanderie

Florent n’a pas acheté le système de rail coulissant prévu pour les portes. Il a préféré le créer.

détail du système coulissant

Il nous reste encore à peindre les éléments, à poser les chambranles et à trouver un système de poignées, les portes en étant dépourvues. Que des broutilles !

Dans la cave

Cela fait maintenant quelques jours que nous sommes installés dans notre maison et nous continuons de défaire les cartons. Trouver une place pour chaque chose requiert du temps. Nous n’avions pas vraiment pris le temps de réfléchir aux meubles, aux espaces de rangement nécessaires car il nous semblait naturel d’attendre d’être dans la maison, de commencer notre routine, pour définir nos réels besoins.

Ceci nous amène à la cave. Dans cet espace, sous la salle à manger, nous avons stocké beaucoup de choses et c’est seulement maintenant que nous commençons à l’organiser pour qu’elle soit enfin fonctionnelle. Son point négatif majeur est son sol en terre battue. Maintenant que nos parquets sont huilés, le fait de remonter de la poussière nous enchante guère. Il nous fallait donc trouver une solution facile à mettre en place et tant qu’à faire, peu onéreuse. C’est ainsi que nous avons recouvert le sol des lattes de parquet de récupération qui nous restaient. En attendant de trouver mieux…

Emménagement…

dans l’entrée

On a enfin emménagé ! Depuis dimanche, nous habitons notre maison. Rien n’est fini et il y a des cartons partout mais nous sommes heureux car nous sommes chez nous.

Nous avons pris notre temps. Nous voulions avoir une cuisine, une salle de bains et une pièce où dormir, ne pas être dans la poussière, avoir du chauffage et de l’eau chaude. Vendredi, nous avons réalisé que tous ces critères étaient remplis donc nous avons décidé d’emménager. Sauf qu’aucun carton n’était fait… C’est curieux d’avoir fait cela dans la précipitation alors que nous avions des mois pour être prêts. Bref, un déménagement bien bordélique qui s’est plutôt bien déroulé au final. Un grand merci à Monique, Jean-Claude et Lydéric, sans vous, nous étalions cela sur plusieurs week-ends.

Il ne reste plus qu’à mettre un peu d’ordre dans les pièces pour pouvoir continuer…

dans la salle à manger

Cuisine

nouvelle cuisine-9

détail de la nouvelle cuisine

Même si c’est loin d’être terminé, j’avais tellement envie de vous montrer notre cuisine que je ne peux attendre davantage. Il faut dire que ça fait tellement longtemps qu’on songe à cette cuisine… C’était vraiment le point négatif de cette maison et je pense sincèrement qu’on a su optimiser l’espace tout en longueur.

Lors de la dépose de l’ancienne cuisine, nous avions découvert des pierres de taille qui marquaient la fin de la partie ancienne de la maison. Nous avons voulu les conserver et les intégrer pleinement au projet mais cela n’a pas été simple… Le croquis de notre cuisiniste a su nous décider pour les grandes lignes mais le cheminent a été long. Voilà où nous en sommes aujourd’hui :

nouvelle cuisine-10

vue depuis la porte de la cuisine qui donne sur l’extérieur

On peut considérer qu’il ne nous reste plus que les finitions. Encore une fois, nous attendons notre cher électricien pour passer à la prochaine phase. Heureusement que nous avons d’autres pièces en chantier !

Retour en arrière…

J’ai adoré voir le poseur oeuvrer. Un vrai spécialiste. Comme un médecin, avec sa blouse, sa valise et ses ustensiles :

C’était toute une opération cette pose de cuisine. Les murs sont en pierre et en chaux donc les fixations ne sont pas faciles. Pour la hotte, les vis font 25 centimètres de long et le recours au scellement chimique a été nécessaire.

nouvelle cuisine-3

vue depuis la porte de la cuisine qui donne sur l’extérieur

nouvelle cuisine-4

vue depuis le bas de l’escalier

Le marbrier a lui aussi très bien su s’adapter à nos dimensions particulières et le plan de travail en granit brown antique s’intègre parfaitement. Il faut savoir aussi qu’aucun de nos angles n’est proche de l’angle droit.

Au dessus de la petite crédence, nous avons choisi d’installer du lambris. C’est Florent qui s’en est occupé. La pose n’a pas été simple là aussi…

Ensuite, on est passé à la peinture. Merci Amélie !

nouvelle cuisine-6

peinture du mur dans l’arrière cuisine

Les murs sont enduits à la chaux dans la cuisine. Nous avons choisi de peindre les lambris en Tusk de chez Little Greene et d’utiliser également cette couleur pour les murs en plâtre de l’arrière cuisine. La hotte, en médium, est peinte en Limestone de chez Little Greene.

Pour le plaisir, différentes vues de notre nouvelle cuisine :

Il vous faudra encore être patients pour voir l’ensemble terminé. La pose de la crédence n’est pas encore prévue car nous avons d’autres priorités…

Nouvelle cage d’escalier

cage d'escalier-10

vue depuis la chambre

Je vous parlais il n’y a pas si longtemps de notre nouvel escalier qui nous servira pour accéder au grenier. Depuis hier, nous avons une nouvelle cage d’escalier. Alors, bien sûr, il reste encore pas mal de finitions, mais le plus dur est fait. Au passage, nous remercions Alexandre pour son précieux coup de main.

Je ne vais pas tout vous détailler, je crois que vous commencez à connaître notre recette pour les cloisons : une ossature en boisdu Métisse et du Fermacell.

La découpe des plaques s’est faite au rez-de-chaussée, sur des tasseaux de bois car nous n’avons pas de support assez grand :

cage d'escalier-2

atelier découpe

La suite en images :

Contrairement au Placo, on utilise une colle pour le Fermacell. Ce n’est pas très joli mais ensuite cela se ponce et s’enduit.

cage d'escalier-8

juste après avoir appliqué le joint colle

Par rapport au projet d’aménagement, nous avons finalement retenu une solution s’approchant de la deuxième proposition, avec quelques modifications. La porte s’ouvrira dans l’autre sens et l’escalier ayant une emprise réduite, la penderie prendra place dessous et non sur le côté. Il n’est pas non plus impossible qu’on change d’avis pour installer un bureau. L’emménagement est encore loin !

Plus aucun regret d’avoir supprimé la cheminée qui se trouvait dans l’angle, on n’aurait rien pu faire cet espace.

cage d'escalier-6

escalier à pas décalés qui n’empiète pas trop sur la chambre

En attendant le plan de la maison, j’espère que ces photos vous aiderons à mieux visualiser la nouvelle distribution :

cage d'escalier-9

avant, l’entrée dans la chambre se faisait au niveau du premier seuil, en bas de la photo. maintenant, l’entrée est repoussée de 70 centimètres, vers les fenêtres.

cage d'escalier-7

vue depuis le grenier, à gauche la grande chambre, à droite le palier

 

Sous l’escalier

sous l'escalier-2

tomettes posées sur le sable

Lors de la pose du parquet nous avons fait tomber la petite cloison sous l’escalier alors que ce n’était pas prévu. Cela a modifié notre ordre de priorités mais nous commençons à être rodés !

Etat des lieux : un espace réduit, des tomettes posées sur un sol en sable et notre nouveau parquet installé juste à côté.

Objectif : refermer la zone de la cave (et reposer la porte) et ne plus avoir de poussière.

Si nous avions poussé la réflexion lorsque nous avons décaissé dans la cuisine, nous aurions fait tomber la cloison plus tôt et intégré cet espace à la dalle. Nous n’avons pas cherché plus loin que l’agencement en place et j’avoue que nous songions laisser en l’état ce recoin et y avoir accès depuis l’escalier de la cave (pas bien pratique) sans trop savoir ce que nous rangerions. Cela dit, pendant quelques mois, l’endroit était parfait pour stocker le parquet de récupération !

Une fois la cloison démolie et après avoir retiré les tomettes, le sol en terre est apparu avec l’évidence de la création d’une dalle. Voilà à quoi cela ressemblait :

sous l'escalier-1

sol en terre sous l’escalier

Afin de faire simple et propre, nous avons décidé d’utiliser les blocs de chanvre que nous avions déjà en notre possession et de sceller l’ensemble avec un coulis de chaux :

Ensuite, une fois la dalle sèche, Florent a monté une cloison en ossature bois :

sous l'escalier-9

ossature bois presque définitive

sous l'escalier-10

quelques uns des nombreux outils utilisés

L’ossature a ensuite été couverte par des plaques de Fermacell, dont je vous ai déjà parlé ici. Voilà ce que cela donne en images :

Pour finir, Florent a posé là aussi du Métisse et a refermé le tout.

Pour le Métisse, nous n’avons pas trouvé de bonne méthode pour avoir des découpes propres. La technique de « l’arrachage » vaut celle du « découpage ». Si vous savez comment faire, dîtes-le nous, il nous reste encore quelques cloisons à monter…

Voilà où nous en sommes.

Le sol n’est pas encore dans la short list des priorités mais cela n’empêche pas d’y songer activement. Je ne suis pas sure de réutiliser les tomettes actuelles. Ce n’est pas une question d’esthétique et nous aimons conserver le caractère ancien de la maison, de ses matériaux passés mais simplement qu’il n’y en a pas assez, beaucoup étaient cassées et jusqu’à maintenant nous n’arrivons pas à retrouver la même taille et la même épaisseur de tomettes. Nous souhaitons aussi que la mise en place soit facile et nous limiter dans les découpes… Affaire à suivre donc !

Finalement, je suis assez contente d’avoir récupéré cet espace accessible depuis la cuisine car ce sera effectivement appréciable d’avoir un coin de stockage supplémentaire. C’est juste un peu dommage de l’avoir fait en décalé du reste.