Bientôt une pelouse ?

Après avoir longtemps cherché quelle serait la plante que nous utiliserons pour réaliser la pelouse de notre petit jardin de ville, nous avons retenu Zoysia Tenuifolia pour ses caractéristiques de résistance à la sècheresse, aux fortes chaleurs, à l’ombre et au piétinement. En plus, une fois la plante installée, il paraît qu’il n’est pas nécessaire de tondre. Autant dire que cela semble être la plante idéale ! Pour en être certains, nous avons planté un échantillon de 12 plants. Il ne nous en reste déjà plus que 11, un animal (peut-être un hérisson aperçu il y a quelques jours) nous en a pris un.

J’ai bon espoir que nous soyons venus à bout de nos herbes folles, après plusieurs séances de bêchages et de désherbages. Pour limiter la pousse de nouvelles graines non désirées (et aussi protéger le sol pour l’hiver), nous avons étalé une couche de broyat végétal. Cela fait aussi bien plus propre !

Nous sommes encore loin du jardin parfait mais je pense que nous sommes sur la bonne voie.

Allez, au printemps, nous planterons la pelouse, cette fois c’est sûr !

 

Mur du fond du jardin

herbes folles

Tout doucement… Nous avançons tout doucement cette année. Nous étions pourtant bien au courant, tout le monde nous l’avait dit : « une fois dedans, les travaux n’avancent plus aussi vite dans une maison ». Je ne sais pas si c’est toujours le cas mais clairement pour nous, c’est vrai. On se laisse un peu aller. Et le jardin est une jolie illustration de se laisser-aller.

Lorsque nous avons acheté la maison, le vis-à vis de l’immeuble en fond de parcelle, bien que très présent, ne nous a pas rebuté. Nous avons pensé pouvoir le faire disparaître suffisamment pour ne pas avoir l’impression d’être épié. Nous avons rapidement choisi de planter un arbre qui pourrait s’élever à 10 mètres sans pour autant créer une masse trop imposante du fait de son port léger. Notre Gleditsia Triacanthos Sunburst a bien profité l’année dernière mais il a dû mourrir pendant l’hiver ou au début du printemps car ses feuilles ne sont pas sorties… Je m’en veux de ne pas avoir pris mieux soin de lui. Pourtant, je pensais lui avoir donné ce dont il avait besoin. Bref, cela m’embête bien et je ne sais pas encore quelle solution nous trouverons pour dissimuler l’immeuble.

Pratiquement 2 ans après l’achat de la maison, le jardin n’a toujours pas d’allure et malgré la lecture de nombreux ouvrages sur le sujet, je n’ai toujours pas réussi à définir un plan de jardin. D’ailleurs, pour l’instant, nous n’avons pas de jardin : nous avons une friche. Notre « pelouse » actuelle est constituée d’herbes folles qui n’ont absolument pas besoin de nous pour se développer et nous n’avons toujours pas fini d’étaler le sable extrait de la cuisine, n’y d’arracher la souche du lilas malade. Il faudra encore attendre pour s’installer confortablement dans une chaise longue au fond de la parcelle…

Pour parfaire le tableau, le cognassier du japon qui avait été palissé contre le mur du fond du jardin (avec l’aide de maman) s’était transformé en arbuste rampant dans lequel les herbes folles s’enchevêtraient car les ficelles ont peu à peu lâché sous le poids des branches.

avant

A force d’insister (car oui, le cognassier du japon n’était pas dans les premières priorités) Florent a cédé et nous avons pris du temps pour lui redonner un peu d’allure. Le secret pour un treillage posé en quelques heures : un treillage en fer à béton (treillis soudé).

treillis soudé

Voilà à quoi cela ressemble aujourd’hui, après une nouvelle taille :

Maintenant, on peut accéder aux derniers mètres de la parcelle et peut-être que nous réussirons à planter une vraie pelouse à l’automne…

Jardin au printemps

Dernièrement, les projets à l’intérieur de la maison n’avancent pas très vite… Cependant, il en est tout autrement pour l’extérieur. Je ne sais pas si c’est lié aux jours qui rallongent ou tout simplement à l’envie d’avoir un espace plus agréable lorsque les beaux jours reviendront…

Tout n’est encore qu’à l’état de prémisses mais peu à peu, cela prend tournure…

Commençons par la cour, à l’avant de la maison :

L’espace de la cour nous semblait bien vide maintenant qu’on a arrêté de stocker du matériel. On a donc fait une tentative en installant des pots de fleurs de grande taille. Au départ, il n’y en avait qu’un et finalement il y en aura trois cette année.

physocarpus, eucalyptus et heptacodium

Vue de dessus :

la cour dans son ensemble

Quelques nouveautés ont également été installées. On avance petit à petit…

Ensuite, dans le jardin, je voulais vous montrer l’évolution du support du chèvrefeuille. C’est impressionnant comme il a grandit en un an. Je pense qu’il nous faudra réfléchir à autre chose l’année prochaine. Je doute fort que nous parviendrons à le contenir simplement avec les branchages…

Un autre pan de mur dans le fond du jardin est destiné au trachelospermum que nous avons introduit l’année dernière. L’idée, d’ici quelques année, est qu’il cache la partie basse du mur et laisse la partie haute, en brique, visible. Il manquait toujours d’un support pour qu’il puisse se développer. C’est enfin corrigé.

le trachelospermum est au milieu, encore bien petit

Je commence également à mieux cerner la palette de couleurs que je pense développer dans notre jardin. En voici un petit aperçu.

Jardin au printemps

jardin au printemps-1

heuchère et tulipes

Quelques clichés de notre jardin car les bulbes d’automne ont poussé…

Muscari

Muscari

Physocarpus 'Diable d'Or', Muehlenbeckia et Tulipes

Physocarpus ‘Diable d’Or’, Muehlenbeckia et Tulipes

Il a un petit air kitch cette année, je corrigerai au fur et à mesure…

Tulipes et Narcisses

Tulipes et Narcisses

C’est la première année et nous apprenons à découvrir les « trésors » de notre maison. Il faudra encore du temps pour rendre l’ensemble harmonieux. Cependant, il y a déjà de belles choses :

jardin au printemps -1

Nous nous sommes aussi lancés dans une tentative de camouflage d’un pan de mur et d’autres treillages devraient apparaître bientôt…

jardin au printemps-4

branches de grenadier en support au chèvrefeuille existant

Encore un peu de patience, ça finira par avoir de l’allure, promis !

Et enfin je vous montre la courette, plus épanouie qu’à l’automne :

jardin au printemps -3

Le Geranium sanguineum ‘Album’ n’a pas résisté à la vigeur des bulbes de jacinthe existants

jardin au printemps -2

une potée d’osier pour cacher la gouttière

Plantations d’automne

plantations d'automne-1

On n’a pas attendu la Sainte Catherine (où tout prend racine) pour mettre en place notre Gleditsia Triacanthos Sunburst. Pour l’instant, il n’a pas beaucoup d’allure mais d’ici quelques années, il devrait nous faire oublier l’immeuble en fond de parcelle, lorsqu’il ressemblera à ça :

gleditsia triacanthos 'sunburst'-1

La courette s’est transformée. On a réparti sur les plate-bandes les morceaux de briques et de tuiles que nous avons extraits du sol de la cuisine. Ce paillis minéral de récupération conservera un peu d’humidité pour l’été, limitera la prolifération des mauvaises herbes et contraste joliment avec les feuillages verts.

plantations d'automne-12

vue depuis le balcon

plantations d'automne-11

Hélixine, Pittosporum tenuifolium ‘Golf Ball’, Geranium sanguineum ‘Album’, Carex ‘Buchananii’, Acanthe à feuille molles

J’ai essayé de soigner la porte d’entrée :

plantations d'automne-13

On a encore beaucoup à faire à l’intérieur mais l’automne est vraiment la saison parfaite pour la reprise des végétaux (à part pour ceux qui craignent le gel, dans ce cas, il vaut mieux attendre le retour du printemps). Le jardin sera bien plus beau en juin prochain qu’il ne l’était cette année, enfin j’espère !

J’ai déjà installé plusieurs nouveaux sujets. En voici quelques uns :

La plantation des bulbes avance également même s’il en reste encore à installer. C’est qu’il y en avait beaucoup ! Je crois que je vais mettre des tulipes en pot, comme ça, je pourrai les déplacer à volonté au printemps.

J’ai aussi envie d’introduire de nouveaux rosiers : un grimpant Mme Alfred Carrière, un rosier botanique glauca, un arbustif Iceberg, Fée des neiges.

J’aimerais bien habiller les murs de grimpantes, plutôt persistantes. Je pense que des Trachelospermum jasminoides seraient du plus bel effet. Ils pourraient côtoyer un houblon doré et quelques jolies clématites (Dancing Dorien et I am Red Robin). Je crois aussi que je me laisserai tenter par un Solanum jasminoides ‘Album’.

Encore quelques journées de jardinage à prévoir !

 

Product of Holland

jardin-7-2

un colis en provenance directe des Pays-Bas…

On s’affaire beaucoup à l’intérieur de la maison. A l’extérieur aussi. Et pourtant, on n’en parle pas beaucoup. Surement parce que je ne le trouve pas encore assez digne d’être présenté. Aujourd’hui je le fais car nous avons reçu un très beau cadeau, en provenance des Pays-Bas : une collection de jolis bulbes pour le printemps. Alors forcément, ça me motive pour aménager le jardin car il va falloir trouver une petite place pour tous.

Et par la même occasion, je m’autorise à vous montrer les avancées dans le jardin. Pour la courette, je le ferai un peu plus tard.

Tout d’abord, voici le résultat de l’extraction de la terre de la partie cuisine :

jardin-2-2

un tas de sable en fond de parcelle…

On ne se rend pas bien compte mais il y a bien 30 centimètres de terre sur toute la largeur du terrain, sans parler des « montagnes » pas encore aplanies.

Je vous présente aussi le sort que nous avons réservé à notre grenadier. L’idée était de lui redonner une forme harmonieuse et de dégager les nombreuses ramifications qui composent le tronc. Ce n’est pas parfait mais c’est plus léger qu’avant. Vivement le retour des beaux jours pour savoir s’il reforme un beau dôme de verdure ! C’est la première fois que je taille un arbre donc c’est encore approximatif.

jardin-1-2

le grenadier légèrement restructuré

En attendant, on admire ses grenades…

jardin-3-2

Quelques clichés de plantes qui n’ont pas reçu de soins pendant des années mais qui se montrent bien vigoureuses et teintent joliment l’automne…

Une petite nouveauté :

jardin-1-6

une girouette décorative

Et pour finir, une vue d’ensemble…

jardin-1-5

depuis le fond de la parcelle

Il reste encore bien à faire mais ça a tout de même bien changé depuis juillet !

Jardin

jardin-1

Un jardin de ville avec des airs de jungle impénétrable…

Lorsque nous avons eu les clés de la maison, il y avait presque deux ans que la maison était vide. Alors forcément, la nature avait travaillé.

Pour l’instant, le travail du jardin s’est limité à supprimer un maximum de liseron, à ce que le raisin d’Amérique (Phytolacca americana) ne fasse pas de graines (plante invasive) et à supprimer quelques branches pour pouvoir circuler.

Globalement, même s’il reste encore bien à faire, on y voit un peu plus clair et on peut se promener ailleurs que sur l’allée centrale.

jardin-11jardin-9La vedette du jardin, c’est le grenadier, indéniablement.

jardin-7

Grenadier en fleurs, au Nord de la Loire…

Dans la nouvelle organisation du jardin (sur laquelle nous commençons à réfléchir sérieusement), nous essaierons de le mettre le mieux possible en valeur, tout en nous cachant de l’immeuble du fond de la parcelle.

Si vous avez des ouvrages sur le jardin à nous indiquer, n’hésitez pas !