Portes à l’étage

Ces derniers temps, Florent s’est affairé sur les portes de l’étage…

Le décapage a été fastidieux. Il faut dire que trois portes font 6 faces et chaque face avait reçu au moins 4 couches de peinture, 5 même pour certaines. Après plusieurs tests, le plus efficace s’est avéré un décapant peinture appliqué au départ au pinceau puis au pulvérisateur. Il faut du temps pour que la peinture cloque, pour grater, poncer puis appliquer une nouvelle couche de produit, nettoyer les rainures, les outils et poncer encore…

couche de peinture qui cloque

la couche de peinture s’enlève au racloir

Florent a même créé un outil spécifique pour enlever plus facilement la peinture dans les rainures, à partir d’une clé :

Quelques photos en cours :

Le ponçage des blocs de serrure a lui aussi été long et pénible mais le rendu est plutôt esthétique. Nous avons reposé les poignées existantes, pour l’instant.

Il y avait deux portes en place avant le démarrage de ce chantier : celle de la salle de bains et celle de la deuxième chambre. Dans notre chambre, il n’y avait plus de porte depuis que nous avions déplacé l’entrée afin de créer un escalier pour accéder au grenier, qui un jour, devrait être aménagé en chambre supplémentaire. Voilà donc notre nouvelle porte, vue depuis notre chambre.

nouvelle porte dans la chambre

Même si les deux jours prévus initialement ont largement été dépassés, qu’il reste encore beaucoup de finitions, nous sommes très satisfaits du résultat. Et avoir une porte à sa chambre, vraiment, ça change la vie ! L’étape peinture n’est pas prévue pour l’instant et d’ailleurs, nous n’arrivons pas à nous décider pour la couleur… Avez-vous des idées à ce sujet ?

 

Chêne huilé

huilage-parquet-rez-de-chaussee-2

Les parquets en chêne du rez-de-chaussée sont maintenant tous huilés. Encore quelques jours à patienter pour que l’huile durcisse et nous pourrons envisager d’emménager (si toutefois le chauffage fonctionne bien, la remise en route s’avère chaotique…).

Nous avons chercher à unifier le rez-de-chaussée d’où le recours à un parquet de récupération dans la cuisine. Je crois que le résultat est très satisfaisant maintenant que les parquets sont huilés, tout s’enchaîne visuellement :

la salle à manger et la cuisine

Cette fois, l’application de l’huile a été réalisée au rouleau parce qu’on avait envie de tester (et aussi parce que j’ai cassé le spalter en huilant l’escalier…). Alexandre, qui nous a prêté main forte ce week-end, s’est chargé de la salle à manger. Sur ces photos, on voit bien la différence entre le parquet à nu et la zone huilée.

huilage-parquet-rez-de-chaussee-6 huilage-parquet-rez-de-chaussee-5

L’huile utilisée ici est différente de celle de l’étage. L’huile incolore ne rendait pas bien sur le chêne et nous avons préféré une huile plus classique qui donne au chêne un effet mouillé tout en étant mat au niveau du rendu.

Et parce qu’on est fan de nos nouveaux sols, voici d’autres photos des pièces :

la salle à manger

le salon

la cuisine

Parquets du rez-de-chaussée

ponc%cc%a7age-parquets-rez-de-chaussee-5

parquet ancien en chêne après ponçage

Après l’étage, les parquets en chêne du rez-de-chaussée sont maintenant poncés.

Que c’est beau ! Pour l’instant, on ne remarque pas vraiment de différence entre les parquets d’origine et ceux qui ont été posés récemment, sûrement parce qu’il s’agit de parquet de récupération. On verra si c’est toujours le cas après le passage de l’huile.

Allez, je vous mets quelques photos, pour le plaisir…

ponc%cc%a7age-parquets-rez-de-chaussee-3

seuil dans la cuisine, deux parquets de récupération différents

ponc%cc%a7age-parquets-rez-de-chaussee-2

ancien parquet en bas, parquet de récupération au dessus (zone salon-cuisine)

Dans l’entrée, le parquet était vraiment dans un mauvais état, ce qui nous a induit en erreur sur l’essence de bois. Il s’agit en définitive d’un parquet en pin.

ponc%cc%a7age-parquets-rez-de-chaussee-4

parquet en pin dans l’entrée

Puisque le parquet de l’entrée se démarque, nous le traiterons différemment !

ponc%cc%a7age-parquets-rez-de-chaussee-1

l’entrée en pin et le salon en chêne

Je vous montre dès que ce sera terminé !

Parquets huilés

huilage-de-parquet-6

parquet en pin massif huilé

Tous les parquets de l’étage sont maintenant huilés mais il faut encore attendre quelques jours pour que l’huile soit bien sèche. Rassurez-vous, l’emménagement n’est pas encore pour tout de suite !

L’application de l’huile s’est faite sans difficulté. Cela a juste nécessité un peu de temps. Vous vous rappelez du parquet de la cuisine, il y a déjà quelques mois ? Un spalter, un récipient pour verser l’huile, des chiffons et, idéalement, une protection pour les genoux. C’est tout ce qu’il faut. Et avoir décidé au préalable de l’huile que vous allez utiliser.

J’espère que vous n’êtes pas aussi compliqués que moi car sinon, la décision peut vous prendre bien plus de temps que l’application de l’huile ! Contrairement au rez-de-chaussée, tout l’étage est en pin et, après ponçage, il redevient jaune. C’est joli mais je n’avais pas envie de ce ton là. De plus, je voulais quelque chose de naturel, de facile à entretenir et qui donne l’impression que le parquet avait toujours été dans cet état. J’ai songé aux parquets blanchis des pays scandinaves comme on en voit souvent dans les blogs de décoration sauf que j’ai fini par en voir trop. Finalement j’ai trouvé une huile dite incolore.

Allez, juste pour le plaisir, je vous montre quelques photos.

Sur celle-ci, vous voyez le parquet brut juste après le ponçage et à droite après deux couches d’huile incolore. Pour moi, elle blanchit le fond jaune, fait ressortir les tons rouges de notre bois et fait apparaître des tonalités de gris.

huilage-de-parquet-1

huile en cours d’application

Je suis ravie du résultat.

Quelques photos en cours de traitement (on n’a pas poncé mais on a huilé) :

C’est beau, ça sent bon le pin et il n’y a plus de poussière (ou presque). Les pièces de l’étage deviennent vraiment jolies…

huilage-de-parquet-7

la grande chambre, il faudra penser à retirer le magnifique papier peint de la porte de la salle de bains…

huilage-de-parquet-5

le palier

huilage-de-parquet-4

la deuxième chambre

Pour se rendre compte du chemin que nous avons parcouru, une dernière photo, avec à gauche le parquet tel que nous l’avons découvert sous la moquette et à droite, après traitement, tel qu’il est aujourd’hui.

huilage-de-parquet-8

ancien et nouveau parquet

Ça change, n’est-ce pas?

Encore une reprise de parquet…

encore-une-reprise-de-parquet-1-2

dernière reprise de parquet ?

Quand on croit qu’il n’y en a plus, il y en a encore !

On était persuadé d’avoir terminé les reprises de parquet. D’ailleurs, on songeait à se débarrasser des lattes de pin. On a bien fait de les laisser un peu plus longtemps dans la cave…

Le ponçage des parquets commencera bientôt, par l’étage. On a donc tout rangé pour être prêts dès que l’artisan le sera. Et c’est là qu’on a eu une surprise, de petite taille, mais suffisamment importante pour nous faire perdre beaucoup de temps.

Ça se passe dans la salle de bains. Au plafond, on a un trou :

encore-une-reprise-de-parquet-2

tiens, un trou

Ce trou était caché auparavant par une vieille VMC qui se branchait là, au-dessus de la baignoire… Et au bout, sur le toit, il y a une cheminée.

Alors, c’est vrai, on aurait pu se douter qu’il y avait quelque chose  sous le lino et qu’il fallait vérifier l’état du parquet. On ne l’a tout simplement pas fait. On s’est contenté de soulever le lino à plusieurs endroits et de se dire : « Chouette, on aura du parquet dans notre salle de bains, il est en bon état ». Bon rassurez-vous, on aura tout de même du parquet dans la salle de bains.

C’est juste que lorsqu’on a vu ça, on a eu un peu peur :

encore-une-reprise-de-parquet-1

c’est d’origine vous croyez?

Un poêle se trouvait là et ce que vous voyez, c’est la réparation qui a été faite lorsqu’il a été enlevé…

Il faut faut improviser une nouvelle reprise de parquet, même s’il est déjà tard.

D’abord on casse et on creuse :

encore-une-reprise-de-parquet-3

des briques, du plâtres, des pierres, un peu de tout…

On continue jusqu’à ce que ce soit bien propre :

encore-une-reprise-de-parquet-4

on aperçoit même le faux-plafond de l’entrée, pas le notre, celui d’avant…

On découvre alors que le poêle n’était pas d’origine et que lors de son installation, ils ont scié la charpente… Florent répare comme il peut :

encore-une-reprise-de-parquet-5

pourquoi s’embêter, une poutre ça ne sert pas à grand-chose…

Ensuite, on redécoupe les lattes à la perpendiculaire, parce que forcément, c’est tout de travers :

on voit bien comment s’assemblent les lattes, c’est sympa, non?

Puis on découpe les lattes de récupération à la bonne taille :

encore-une-reprise-de-parquet-6

avoir les bons outils c’est vraiment important

Puis on les installe :

encore-une-reprise-de-parquet-7

ce n’est pas parfait mais c’est pas si mal, non?

C’est comme ça qu’on a perdu plusieurs heures. Mais ce n’est pas grave, cette fois, nous sommes vraiment prêts pour le ponçage des parquets.

Petite réparation

nouvel entourage de porte

Je vous parle aujourd’hui d’une avancée sur le passage entre la salle à manger et la cuisine. Cela fait partie des nombreuses tâches qui restent à faire et pour lesquelles la solution reste à concevoir. Bon, pour celle-ci, on est sur la bonne voie !

Il y a un peu plus d’un an, on a supprimé la porte parce qu’elle ne nous servait à rien, puis on a sectionné les montants parce qu’ils n’avaient plus d’utilité (cela permettait aussi de gagner quelques centimètres pour le passage) et par la suite, l’électricien a fait passer des gaines pour l’électricité sur le pourtour. C’était plutôt moche, tellement d’ailleurs que je n’ai pas pris de photo de l’ensemble. Je pense tout de même que cette photo prise au moment de la pose du parquet dans la cuisine vous laissera imaginer…

à l’emplacement de l’ancienne porte, avant réparation

Avec l’avancée des peintures et le ponçage des parquets qui approche, il fallait bien cacher les gaines et faire quelque chose de correct. Nous voulions que ce soit rapide à installer (ça a pris tout de même une bonne journée), que cela soit le moins nocif possible et que cela puisse être réversible pour nos successeurs. Nous avons donc choisi d’utiliser des nez de cloison : des profilés en bois en forme de U. Nous avons opté pour du sapin pour limiter le budget et puisque ce sera peint, il n’était pas nécessaire d’utiliser une essence plus noble. La forme en U s’adapte sur l’extrémité de la cloison et pour les gens pressés, cela permet aussi de remplir le profilé de plâtre, directement…

nez de cloison rempli de plâtre, prêt à poser

La technique est tout à fait discutable et l’humidité du plâtre peut faire travailler le bois. Vu que rien n’est droit chez nous, cela ne nous a pas fait peur. Bien sûr, il faut au préalable avoir réalisé les coupes d’angles qui s’imposent !

nez de cloison vu de dessus

Il faut aussi être astucieux pour caler l’ensemble le temps de la prise…

système D pour caler les nez de cloison

Nous avons un tour de porte en bois et nous ne voyons plus de gaines. C’est donc beaucoup mieux qu’avant mais ce n’est pas encore parfait. On voit bien des fissures aux endroits où le bois et le plâtre sont en contact et c’est pour cela qu’ils utilisaient auparavant des ornementations en bois pour cacher la jonction. Nous avons prévu de créer un chambranle sur le contour de l’ouverture. Cependant, cela ne conviendra pas pour la partie à gauche de la photo, juste derrière les tuyaux.

encore un peu de travail…

 Encore une solution à chercher…