Salle de bains en amélioration

détail du carrelage, le vert est ancien, sûrement des années 60, le noir est nouveau

Depuis le temps que notre salle de bains n’avait pas évolué ! Elle est bien différente maintenant. Elle a gagné en caractère il me semble et cela, tout simplement grâce à un peu de peinture et quelques carreaux de carrelage. J’ai réussi à acheter, à force de chercher, des listels à un prix abordable et je ne regrette pas.

On est encore loin de mes sources d’inspiration mais cela commence à prendre forme. Rien que le fait d’avoir peint les murs en blanc, cela fait vraiment plus propre. Le jaune pâle c’était vraiment déprimant.

Vous vous rappelez qu’à cet endroit il y avait une porte ?

Une nouvelle pièce…

C’est encore loin d’être terminé : nous n’avons toujours pas pris de décision au niveau des plinthes ni sur la manière de dissimuler les tuyaux qui sont à l’horizontale. Il y a encore les entourages de porte à poser (et à acheter) et bien entendu, il faut peindre la porte.

notre porte qui doit être réparée avant d’être peinte…

Et puis il nous faut trouver des meubles ! Parce que figurez-vous qu’une salle de bains sans miroir, c’est vraiment peu pratique. Pour remédier à cela, Florent a entamé la construction d’une étagère dans les lattes de parquet provenant de la future salle de bains. J’espère pouvoir vous présenter bientôt le résultat… En attendant, cela sèche :

notre future étagère…

Peinture des radiateurs

radiateurs peints

Etant donné que nous sommes dans les finitions et que nous envisageons d’habiter la maison avant l’hiver, il est temps de penser sérieusement au chauffage.

Lorsque nous avons acheté la maison, il y avait des radiateurs en fonte dans toutes les pièces, sauf dans la cuisine, qui n’avaient pas été peints depuis plusieurs années et étaient couverts de poussière… Pour accéder plus facilement derrière les radiateurs, nous avons choisi de les déposer l’année dernière. Je vous en parlais ici.

Nous voulions que les radiateurs soient peints avant de les remettre en service. Nous ne voulions pas rajouter une couche de peinture sur les couches précédentes, nous voulions redonner de l’allure à nos radiateur et donc, pour cela, il fallait les décaper. Florent a testé différents procédés mais aucun ne s’est montré réellement efficace. Nous avons donc finalement confié cette tâche à un professionnel, qui a décapé nos radiateurs par aérogommage. Après l’opération, il n’y avait plus aucune trace des anciennes peintures.

radiateurs décapés

C’est comme ça que nous avons découvert la marque de nos radiateurs : Chappée.

radiateur Chappée après décapage

Pour appliquer la sous-couche et les deux couches de peinture, nous avons choisi d’utiliser un pistolet à peinture (acheté sur Leboncoin) que nous avons branché au compresseur.

pistolet à peinture

Nous avons sept radiateurs. Cela demande un peu d’espace. La salle à manger s’est donc transformée en cabine de peinture, après avoir protégé les murs peints récemment…

radiateur en attente de la sous-couche de peinture

Appliquer la peinture n’a pas été si difficile. La manipulation, par contre, l’était davantage…

Nos radiateurs peints en noir attendent maintenant que les parquets soient poncés et huilés pour retrouver leur place. Encore un peu de patience…

Cuisine

nouvelle cuisine-9

détail de la nouvelle cuisine

Même si c’est loin d’être terminé, j’avais tellement envie de vous montrer notre cuisine que je ne peux attendre davantage. Il faut dire que ça fait tellement longtemps qu’on songe à cette cuisine… C’était vraiment le point négatif de cette maison et je pense sincèrement qu’on a su optimiser l’espace tout en longueur.

Lors de la dépose de l’ancienne cuisine, nous avions découvert des pierres de taille qui marquaient la fin de la partie ancienne de la maison. Nous avons voulu les conserver et les intégrer pleinement au projet mais cela n’a pas été simple… Le croquis de notre cuisiniste a su nous décider pour les grandes lignes mais le cheminent a été long. Voilà où nous en sommes aujourd’hui :

nouvelle cuisine-10

vue depuis la porte de la cuisine qui donne sur l’extérieur

On peut considérer qu’il ne nous reste plus que les finitions. Encore une fois, nous attendons notre cher électricien pour passer à la prochaine phase. Heureusement que nous avons d’autres pièces en chantier !

Retour en arrière…

J’ai adoré voir le poseur oeuvrer. Un vrai spécialiste. Comme un médecin, avec sa blouse, sa valise et ses ustensiles :

C’était toute une opération cette pose de cuisine. Les murs sont en pierre et en chaux donc les fixations ne sont pas faciles. Pour la hotte, les vis font 25 centimètres de long et le recours au scellement chimique a été nécessaire.

nouvelle cuisine-3

vue depuis la porte de la cuisine qui donne sur l’extérieur

nouvelle cuisine-4

vue depuis le bas de l’escalier

Le marbrier a lui aussi très bien su s’adapter à nos dimensions particulières et le plan de travail en granit brown antique s’intègre parfaitement. Il faut savoir aussi qu’aucun de nos angles n’est proche de l’angle droit.

Au dessus de la petite crédence, nous avons choisi d’installer du lambris. C’est Florent qui s’en est occupé. La pose n’a pas été simple là aussi…

Ensuite, on est passé à la peinture. Merci Amélie !

nouvelle cuisine-6

peinture du mur dans l’arrière cuisine

Les murs sont enduits à la chaux dans la cuisine. Nous avons choisi de peindre les lambris en Tusk de chez Little Greene et d’utiliser également cette couleur pour les murs en plâtre de l’arrière cuisine. La hotte, en médium, est peinte en Limestone de chez Little Greene.

Pour le plaisir, différentes vues de notre nouvelle cuisine :

Il vous faudra encore être patients pour voir l’ensemble terminé. La pose de la crédence n’est pas encore prévue car nous avons d’autres priorités…

Vive la lumière !

interrupteur Hager 1930

Grande nouveauté de la semaine : nous avons enfin des interrupteurs et des prises dans la maison ! De l’électricité à volonté !

C’est évident qu’il nous aura fallu être patients et il nous faudra l’être encore car l’électricien a encore quelques jours d’intervention mais on ne sait pas quand cela aura lieu… Allez, on ne va pas râler, c’est bien agréable d’avoir enfin de la lumière presque partout et d’arrêter de tirer des fils.

Pour les pièces principales, nous avons choisi le modèle 1930 de chez Hager. C’est l’interrupteur que je présente en photo. C’est son côté rétro qui nous a plu. Initialement, nous les voulions en porcelaine mais pour des raisons de budget, nous nous sommes contentés de la version plastique.

Dès que la cuisine est finie, je vous montre dans le détail ! Je suis pressée !

Carreaux de ciment

Carreaux de ciment - Les motifs - T29 - Couleurs & Matières

carreaux de ciment

Voilà, c’est fait. Les carreaux de ciment que nous avons commandé sont arrivés. Et je ne vous en ai même pas parlé…

A force d’en voir partout dans les magazines de déco, dans les blogs, sur pinterest, je m’étais dit qu’on n’en mettrait pas chez nous. Tout simplement parce que c’est à la mode. C’est bien d’être dans la tendance du moment, mais quand celle-ci retombe, on bascule dans le ringard. J’ai lutté et j’ai finalement cédé, pour plusieurs raisons.

Nous avons une problématique de revêtement de sol au rez de chaussée. J’ai déjà évoqué la destruction de la cheminée qui a laissé un trou conséquent dans la salle à manger et qu’il faut bien songer à combler. Il y a aussi notre récent espace récupéré sous l’escalier. Et enfin, dans nos futures toilettes, le carrelage des années 70 a été bien entamé. Je vous montre :

carrelage-1

passage des câbles dans les futures toilettes

J’avais pris la précaution de mettre les carreaux intacts de côtés, sans parler de ceux retrouvés au grenier, laissés là par notre précédent propriétaire. Sincèrement, je trouve que c’est une très bonne idée que de laisser le surplus de carrelage dans un coin de la maison, parce que parfois, des années après, cela s’avère bien utile et évite de devoir changer tout le carrelage. Dans notre salle de bains, après avoir retiré la cabine de douche, nous étions bien contents d’avoir des carreaux supplémentaires ! Mais je digresse. Donc, j’avais mis les carreaux hexagonaux de côté en me disant qu’on les utiliserait pour reboucher la tranchée. Lorsque le sujet du carrelage a été abordé, Florent a refusé cette solution. Non seulement il n’aime pas beaucoup ce carrelage (moi non plus d’ailleurs mais il est en très bon état et fait partie de l’histoire de notre maison) mais la reprise lui semble trop complexe du fait de sa taille minuscule et des nombreux raccords. Il fallait donc trouver autre chose…

C’est là que l’idée des carreaux de ciment a commencé à surgir. Historiquement parlant, c’était assez logique que notre maison en ait. Les premiers carreaux de ciment ont été produits en France dans les années 1860 et les derniers vers 1945. Notre maison s’inscrit complètement dans cette période. J’étais d’ailleurs persuadée que dans l’entrée, sous le parquet flottant, il y en aurait.

Trouver des carreaux de ciment de récupération, c’est assez simple, trouver la bonne quantité, c’est plus compliqué mais les trouver propres, cela devient très compliqué. Comme vous le savez, nous ne sommes pas en avance dans notre restauration donc se mettre à gratter quelques dizaines de carreaux nous semblait trop fastidieux. On a pensé acheter des carreaux neufs mais les tarifs sont conséquents.

Et puis dernièrement, en passant dans une grande enseigne de bricolage, j’ai vu des carreaux de ciment dans un budget raisonnable. Et quitte à faire dans la tendance, autant être raccord avec l’histoire de la maison (attention au carrelage gris, dans quelques temps, ce sera exactement comme notre carrelage hexagonal ou le carrelage imitation terre cuite).

Ce ne sont pas des carreaux anciens mais nous avons choisi un motif classique, présenté en tête de l’article, pour les toilettes et la zone sous l’escalier; pour la reprise du parquet de la salle à manger, un motif différent, plus neutre :

Carreaux de ciment - Les décors - NC2 - Couleurs & Matières

carreau de ciment

La pose des carreaux n’est pas encore prévue et il nous faut encore réfléchir au type de pose que nous allons adopter.

L’autre question existentielle pour moi : choisir la couleur qui ira avec les carreaux. C’est surtout la porte des toilettes (porte de récupération qui fermait la cuisine au niveau des pierres de taille) à laquelle je songe. Donc si vous avez des suggestions, même si là aussi ce n’est pas encore pour tout de suite, je suis preneuse !

 

Sous l’escalier

sous l'escalier-2

tomettes posées sur le sable

Lors de la pose du parquet nous avons fait tomber la petite cloison sous l’escalier alors que ce n’était pas prévu. Cela a modifié notre ordre de priorités mais nous commençons à être rodés !

Etat des lieux : un espace réduit, des tomettes posées sur un sol en sable et notre nouveau parquet installé juste à côté.

Objectif : refermer la zone de la cave (et reposer la porte) et ne plus avoir de poussière.

Si nous avions poussé la réflexion lorsque nous avons décaissé dans la cuisine, nous aurions fait tomber la cloison plus tôt et intégré cet espace à la dalle. Nous n’avons pas cherché plus loin que l’agencement en place et j’avoue que nous songions laisser en l’état ce recoin et y avoir accès depuis l’escalier de la cave (pas bien pratique) sans trop savoir ce que nous rangerions. Cela dit, pendant quelques mois, l’endroit était parfait pour stocker le parquet de récupération !

Une fois la cloison démolie et après avoir retiré les tomettes, le sol en terre est apparu avec l’évidence de la création d’une dalle. Voilà à quoi cela ressemblait :

sous l'escalier-1

sol en terre sous l’escalier

Afin de faire simple et propre, nous avons décidé d’utiliser les blocs de chanvre que nous avions déjà en notre possession et de sceller l’ensemble avec un coulis de chaux :

Ensuite, une fois la dalle sèche, Florent a monté une cloison en ossature bois :

sous l'escalier-9

ossature bois presque définitive

sous l'escalier-10

quelques uns des nombreux outils utilisés

L’ossature a ensuite été couverte par des plaques de Fermacell, dont je vous ai déjà parlé ici. Voilà ce que cela donne en images :

Pour finir, Florent a posé là aussi du Métisse et a refermé le tout.

Pour le Métisse, nous n’avons pas trouvé de bonne méthode pour avoir des découpes propres. La technique de « l’arrachage » vaut celle du « découpage ». Si vous savez comment faire, dîtes-le nous, il nous reste encore quelques cloisons à monter…

Voilà où nous en sommes.

Le sol n’est pas encore dans la short list des priorités mais cela n’empêche pas d’y songer activement. Je ne suis pas sure de réutiliser les tomettes actuelles. Ce n’est pas une question d’esthétique et nous aimons conserver le caractère ancien de la maison, de ses matériaux passés mais simplement qu’il n’y en a pas assez, beaucoup étaient cassées et jusqu’à maintenant nous n’arrivons pas à retrouver la même taille et la même épaisseur de tomettes. Nous souhaitons aussi que la mise en place soit facile et nous limiter dans les découpes… Affaire à suivre donc !

Finalement, je suis assez contente d’avoir récupéré cet espace accessible depuis la cuisine car ce sera effectivement appréciable d’avoir un coin de stockage supplémentaire. C’est juste un peu dommage de l’avoir fait en décalé du reste.

Réparations

reparation-1

après l’intervention du plombier

Nous avions percé les tuyaux d’évacuation à plusieurs endroits lors de la pose du parquet mais ça y est, c’est réparé. Le plombier a ouvert la dalle aux endroits concernés pour accéder aux tuyaux et a ensuite appliqué une « rustine » :

reparation-2

tuyaux réparés

Après l’intervention du plombier, on a simplement rebouché les trous avec le schiste expansé et un lait de chaux.

lambourdes pour parquet-1

dalle réparée

Florent a ensuite repris la fixation des dernières lambourdes pour pouvoir ensuite poser le parquet. Curieusement, cette fois-ci il n’a pas utilisé de visse à frapper !

lambourdes pour parquet-2

On a perdu un peu de temps mais au final tout s’arrange.

Il reste à poser les dernières lattes, à poncer le parquet et idéalement à appliquer l’huile pour que nous soyons prêts pour l’installation de la cuisine.