Peinture et papier peint

papier-peint-3

Papier peint Ava – Sandberg

Il y a du nouveau dans notre salle à manger ! Vous vous rappelez du passage entre la salle à manger et la cuisine ? Il nous manquait une solution et nous l’avons trouvée ! Nous avons appliqué du papier peint, sur un pan de mur.

Lorsque nous avons acheté la maison, il y avait du papier peint dans toutes les pièces, même au plafond, et cela nous a pris du temps pour tout retirer. Cela peut donc sembler étrange de remettre du papier peint avec des motifs de grosses fleurs. Après la peinture, je trouvais le résultat harmonieux mais trop fade entre le beige de la salle à manger et le beige de la cuisine, malgré les soubassements peints en blanc. Ce papier peint apporte de la couleur et de la gaieté, tout simplement.

papier-peint-1

un joli papier peint foncé mais lumineux

Et les grosses fleurs, c’est une sorte de clin d’oeil aux précédents propriétaires finalement. Je trouve aussi que le placard, avec ses côtés asymétriques, s’intègre mieux au reste de la pièce maintenant.

papier-peint-2Finalement, grâce au papier peint, on se passera peut-être d’un chambranle en bois. Le papier peint ou l’art du camouflage… On verra si cela tient dans le temps.

Voilà à quoi cela ressemblait avant (et donc ce qu’il y a sous le papier peint) :

reparation-1-2

avant

Et aujourd’hui :

papier-peint-4

après

Il nous reste encore quelques finitions, notamment la goulotte en plastique. J’hésite encore sur la couleur à appliquer…

papier-peint-5

Sous le placo…

colle murs salon-3

De la colle et des restes de papier peint. Magnifique. Et en plus, ça ne s’enlève pas facilement. Vous vous rappelez de la colle de polystyrène sur les murs de la deuxième chambre ? C’est à peu près la même chose dans le salon, sous les plaques de placo. Mais dans ce cas, l’oxydrine ne fonctionne pas bien, l’ensemble devient trop pâteux.

colle murs salon-2

C’est en pulvérisant les murs d’eau chaude puis en se servant de la spatule ou de nos doigts que nous avons réussi à retrouver des murs sains. Mais quel travail ! Merci encore à Amélia pour le grand coup de main.

Le résultat de nos efforts : 
colle murs salon-5

colle murs salon-4

au passage, découverte d’un papier peint plus ancien sous la décoration de la porte du salon

Maintenant, il n’y a plus qu’à reboucher…

Radiateurs

radiateurs-2

purge du radiateur avant la dépose

Afin de pouvoir retirer parfaitement le papier peint (et surtout pour enlever la poussière et la crasse accumulée grâce aux cache-radiateurs), nous avons préféré déposer les radiateurs. Il n’en reste plus qu’un à faire d’ailleurs… On prend notre temps, c’est vraiment très lourd ces petites choses.

Parfois, lors de certains travaux, il y a des moments qui semblent suspendus, hors du temps. Et ce sont ces moments, propices à la rêverie, qui permettent de penser à autre chose qu’à l’avancement des travaux. Ce petit air de Manneken Pis dans la salle à manger m’a fait un bien fou, même si ce n’est pas moi qui a effectué la dépose !

Puisque j’évoque les radiateurs en fonte de la maison, je vous mets une photo prise dans la deuxième chambre :

radiateurs-1

vieux papier peint derrière un radiateur

Clairement, les radiateurs sont des endroits difficiles d’accès et c’est là que nous avons retrouvé des fragments de papiers plus anciens, cachés. Celui-ci, à petites fleurs, ne daterait pas des années 50 ?

Les radiateurs seront remis en place, à part peut-être le géant de la cuisine car je le trouve un peu trop moderne… Mais avant cela, il faudra que les peintures soient faites, à moins que le chauffage ne soit nécessaire avant !

Traces du passé

traces du passé-4

Ce qui nous plaît beaucoup dans les travaux de dépose, c’est d’entrevoir ce qu’a été la maison dans le passé ou, tout du moins, songer à ce qu’elle a pu être.

Avec quelques regrets, on s’était résolu à supprimer la cheminée dans la grande chambre car, dans un futur lointain, il y aura un escalier à sa place, pour accéder à la chambre qui sera dans le grenier. Lors de la dépose, on s’est rendu compte que la cheminée qui semblait d’origine ne l’était finalement pas, grâce au papier peint présent sous la cheminée. Et curieusement, j’ai ressenti un soulagement lors de cette découverte : j’avais l’impression de trahir la maison en lui enlevant sa cheminée (pourtant purement décorative puisque le conduit n’a plus de sortie sur le toit).

Sur la photo, on voit aussi un message qui a été laissé sur le mur, probablement un artisan qui voulait  expliquer ce qu’il avait fait pour qu’un autre puisse effectuer son travail…

traces du passé-3

« la barre fer pour le pan coupé est scellée derrière la tablette »

Bien entendu, on ne savait pas ce que tentait de représenter ce croquis et encore moins ce qu’est un linsoir. On a donc cherché. Un linsoir ou linçoir est une pièce de charpente placée parallèlement à un mur et qui reçoit les solives du plancher. Par contre, pour le croquis, rien de très clair…

Et encore une fois, une dépose qui nous vaut quelques gravats à évacuer.

traces du passé-1-2

Florent a conservé les briques qui serviront à construire un barbecue, peut-être pour l’été prochain !

Tapisseries

tapisserie-2

L’arrachage des vilains papiers peints continue !

Même si c’est fastidieux, du fait de la hauteur des plafonds et de la chaleur, le résultat est vraiment gratifiant. On commence enfin à apprécier les volumes.

Joie immense, j’ai ressorti les nuanciers de peintures et lors des pauses (nombreuses), je réfléchis aux couleurs. Il reste encore beaucoup à faire avant de passer aux finitions, mais je préfère commencer tôt, étant toujours un peu longue à prendre une décision sur ce sujet.

tapisserie-3

plafond de la grande chambre, bien imbibé d’eau

Notre technique pour arracher le papier peint et la toile de jute, c’est d’utiliser un pulvérisateur de grande contenance (5 litres) rempli d’eau chaude, de bien imprégner les murs et les plafonds, puis de passer la spatule. Nous avons trouvé cela bien plus efficace que la décolleuse à papier peint (bien plus fatigante à manier, dégage beaucoup de chaleur et dont le résultat n’égale pas celui obtenu avec le pulvérisateur). Et côté prix, le pulvérisateur est largement victorieux, moins de 7€ (j’avais choisi le moins cher, pour essayer). La décolleuse nous a été prêtée mais il a tout de même fallu acheter de l’eau déminéralisée (oui, elle n’aime pas le calcaire…) et à achat ou à la location, on parle d’un budget bien plus conséquent. Donc, à tester dans des cas spécifiques, si l’eau en quantité risque de nuire aux murs ou au sol. Et nous n’avons même pas essayé les produits dissous-colle, puisque ça fonctionne bien sans.

tapisserie-1

le pulvérisateur à l’assaut de la cage d’escalier

Le pulvérisateur permet d’atteindre des endroits qui restent inaccessibles pour la décolleuse, par exemple les plafonds. Et chez nous, tous les plafonds sont recouverts…

tapisserie-1-2

dernier morceau de toile de jute dans la cage d’escalier

On ne soupçonne pas toujours le volume de déchets que l’arrachage de la tapisserie va représenter…

tapisserie-4

voilà à quoi cela ressemblait en fin de journée (et il en restait encore à enlever sur les murs et le plafond)

Et puis certains outils peuvent d’avérer utiles pour des activités très différentes.

Le racloir de coffreur a cette fois servi à retirer le papier peint au dessus de la baignoire mais aussi pour faire un peu de propre avant la journée à venir.

tapisserie-5