Zelliges

zelliges-1-2

La crédence est en place ! Et nous sommes vraiment contents de cet apport à la cuisine.

Peut-être vous rappelez-vous des zelliges… Je vous en parlais il y a bien longtemps, lorsque nous étions encore en recherche. Eh bien, depuis, on s’est décidé pour les zeliges et on les a achetés, puis on a hésité à nouveau (parce que tout le monde nous disait que poser des zelliges sur un enduit en chaux, ça ne tiendrait pas) et finalement on a décidé de les installer.

Voilà comment nous avons procédé. Attention, ce n’est absolument pas conventionnel même si cela tient depuis plusieurs semaines !

Lorsque nous avons cherché à savoir comment poser les zelliges, il nous a été déconseillé de coller directement sur le mur, celui-ci étant en chaux, à moins de piqueter l’ensemble. Florent a donc eu l’idée d’utiliser un support distinct : une plaque de Fermacell.

collage en cours

collage en cours

Pour les découpes : la scie circulaire. La carrelette s’est avérée totalement inefficace.

Pour les joints : un peu de pigment de terre de sienne mélangé au joint gris moyen que nous avions et nous avons obtenu une couleur très naturelle, proche de l’argile, qui se marie parfaitement aux zelliges et à leurs imperfections. Il faut parfois être créatifs…

Allez, je vous montre le résultat :

crédence en zelliges

Mais là encore, ce n’est pas terminé car il reste les finitions. Les fameuses, celles qui prennent du temps et qui se remarquent à peine… En effet, entre le lambris et les zelliges il nous reste un tout petit espace…

espace entre le lambris et les zelliges à combler

Je pensais que nous aurions rapidement réglé ce point mais deux semaines après nous n’en sommes pas encore à cette étape. Je vous étonne si je vous dit qu’on ne sait pas encore ce qu’on va choisir ?

 

Carrelage des toilettes

carrelage WC-8

carreaux de ciment fraîchement collés…

Comme le temps passe vite… Cela fait déjà un mois que nos carreaux de ciment patientaient dans leur boîte. J’utilise le passé parce depuis ce week-end, ils sont posés ! Et où me direz-vous ? Dans les toilettes du rez-de-chaussée. Parce que le plombier installera nos WC suspendus en fin de semaine qui, espérons-le, seront bien différents des anciens.

La mise en oeuvre a été plutôt simple. Le plus compliqué a été de se décider sur l’organisation des motifs : on a opté pour la version qui comprenait le moins de découpes pour voir le motif en entier le plus possible.

Pour la pose, quelques indispensables : du mortier colle adapté, une truelle, un peigne à dents carrées et un récipient :

carrelage WC-2

l’auge

Sans oublier la batte. On n’en avait pas, Florent en a fabriqué une. C’est pratique les chutes de bois :

carrelage WC-1

batte artisanale

Il est préconisé de faire des petits joints pour les carreaux de ciment, pas plus de deux millimètres. Florent n’a pas utilisé de croisillons, il a tout fait à l’oeil. Trop facile !

carrelage WC-3

ajustement minutieux, à l’oeil

Les découpes ont pris un peu plus de temps. Encore une fois, quelques outils adaptés ont facilité l’opération.

Pour les découpes simples :

Pour les découpes complexes :

Vous pouvez constater que pour les découpes plus complexes Florent prend un peu plus de précaution mais l’usage des gants, c’est tout le temps !

 

Cuisine

nouvelle cuisine-9

détail de la nouvelle cuisine

Même si c’est loin d’être terminé, j’avais tellement envie de vous montrer notre cuisine que je ne peux attendre davantage. Il faut dire que ça fait tellement longtemps qu’on songe à cette cuisine… C’était vraiment le point négatif de cette maison et je pense sincèrement qu’on a su optimiser l’espace tout en longueur.

Lors de la dépose de l’ancienne cuisine, nous avions découvert des pierres de taille qui marquaient la fin de la partie ancienne de la maison. Nous avons voulu les conserver et les intégrer pleinement au projet mais cela n’a pas été simple… Le croquis de notre cuisiniste a su nous décider pour les grandes lignes mais le cheminent a été long. Voilà où nous en sommes aujourd’hui :

nouvelle cuisine-10

vue depuis la porte de la cuisine qui donne sur l’extérieur

On peut considérer qu’il ne nous reste plus que les finitions. Encore une fois, nous attendons notre cher électricien pour passer à la prochaine phase. Heureusement que nous avons d’autres pièces en chantier !

Retour en arrière…

J’ai adoré voir le poseur oeuvrer. Un vrai spécialiste. Comme un médecin, avec sa blouse, sa valise et ses ustensiles :

C’était toute une opération cette pose de cuisine. Les murs sont en pierre et en chaux donc les fixations ne sont pas faciles. Pour la hotte, les vis font 25 centimètres de long et le recours au scellement chimique a été nécessaire.

nouvelle cuisine-3

vue depuis la porte de la cuisine qui donne sur l’extérieur

nouvelle cuisine-4

vue depuis le bas de l’escalier

Le marbrier a lui aussi très bien su s’adapter à nos dimensions particulières et le plan de travail en granit brown antique s’intègre parfaitement. Il faut savoir aussi qu’aucun de nos angles n’est proche de l’angle droit.

Au dessus de la petite crédence, nous avons choisi d’installer du lambris. C’est Florent qui s’en est occupé. La pose n’a pas été simple là aussi…

Ensuite, on est passé à la peinture. Merci Amélie !

nouvelle cuisine-6

peinture du mur dans l’arrière cuisine

Les murs sont enduits à la chaux dans la cuisine. Nous avons choisi de peindre les lambris en Tusk de chez Little Greene et d’utiliser également cette couleur pour les murs en plâtre de l’arrière cuisine. La hotte, en médium, est peinte en Limestone de chez Little Greene.

Pour le plaisir, différentes vues de notre nouvelle cuisine :

Il vous faudra encore être patients pour voir l’ensemble terminé. La pose de la crédence n’est pas encore prévue car nous avons d’autres priorités…

Placo

placo-3-2

les murs du salon sans placo

Certaines décisions ne sont pas toujours faciles à prendre.

Dans notre salon, la seule pièce refaite récemment par la précédente propriétaire, les murs étaient couverts d’un papier peint en vinyle vert, posé sur du placo. Depuis le début on se dit que c’est dommage d’avoir du placo car les vieux murs en brique ne sont pas compatibles avec ce matériau mais que l’avantage, c’est que cette pièce sera vite terminée. Pour être sûrs de garder le placo, nous avons sondé à plusieurs endroits, craignant que les murs soient humides mais tout allait bien.

Le placo n’avait pas été préparé avant la pose du papier peint. Il a donc été très compliqué à enlever. Il nous a fallu détremper les murs et racler. Souvent, on n’arrivait plus à distinguer ce qui était du papier peint de la pellicule de carton du placo.

Nous avions choisi de retrouver les angles d’origine au niveau de la fenêtre car ceux faits en placo n’étaient pas cohérents. Au passage, je remercie Sophie et Charlotte pour leur aide pour le nettoyage.

placo-2

du plâtre et du placo

Florent a commencé à enduire. Et c’est à partir de là que cela nous a semblé de plus en plus compliqué.

Les plaques n’étaient pas bien fixées, pas bien alignées, l’ensemble bougeait et les raccords avaient été réalisés sans bande. Nous avons envisagé de reprendre l’ensemble, de refaire les joints, de refixer les plaques en faisant de grandes découpes et de poser du papier intissé pour la finition. Nous ne sommes pas allés jusqu’au bout.

placo-1

plaques de placo sans raccords dont le plâtre a été meulé en vue d’être repris…

Il était plus que probable que le résultat ne serait pas à la hauteur de nos efforts. Et donc, même si cette décision n’a pas été facile à prendre, nous avons choisi de faire sans le placo. Nous ne savons pas si ce sera beaucoup mieux mais au moins, on reprend tout de la base.

Pour décoller les plaques, encore une fois, le racloir de coffreur s’est avéré très efficace.

placo-2-2

racloir de coffreur en action

Voilà, nous avons encore beaucoup de travail en perspective pour retrouver le plâtre d’origine et ensuite, les reprises ne vont pas être aisées. Les premiers essais de plâtre nous ont fait comprendre que ce n’était pas simple du tout. Nous avons commencé à faire chiffrer les reprises mais c’est un vrai budget. Nous avons pris une décision mais nous ne savons pas vraiment où cela va nous mener. C’est très curieux comme sentiment. Pourtant, même si ce soir je me sens un peu déprimée, je suis convaincue que nous avons bien fait.